La MPR est une médecine humaine diversifiée, touche à tout, avec ses propres spécificités d'évaluation du patient, de sa fonction, 

de son environnement social avec une prise en charge singulière

alliant thérapeutique medicamenteuse, physique, instrumentale et sociale.

C’est une spécialité en plein essor actuellement et pleine d’avenir comme en témoigne le nombre de postes proposés par la filiarisation.

 

De plus les opportunités de pratique sont nombreuses : activité hospitalière ou hospitalo-universitaire,

activité en centre de rééducation ou médico-éducatif, activité libérale... En secteur public, PSPH ou privé.

 

 

Déterminer les déficiences et les restrictions de participations d'un patient grâce à une analyse clinique rigoureuse, associée à une bonne connaissance de l’anatomie et de la physiopathologie. 

 

Poser des diagnostics et réaliser des bilans spécifiques à la MPR dans le domaine de la neurologie (motricité, troubles de la marche, spasticité, mouvements anormaux, troubles cognitifs...), de la neuro-urologie (troubles vésico-sphinctériens, génito-sexuels...), de l'orthopédie (traumatisme, retard de consolidation, anomalie de la croissance...), de l'appareillage et de la médecine du sport.

 

Mettre en place des traitements spécifiques de notre discipline : gestes techniques (injection de toxine botulique, remplissage de pompe à Liorésal, injection intra-caverneuse…), appareillage, discussion médico-chirurgicale, développement de nouvelles technologies…

 

Proposer la prise en charge la plus adaptée, qu’elle soit médicamenteuse, physique, humaine ou sociale et répondre au mieux à des objectifs centrés sur la fonction grâce à une prise en charge multidisciplinaire. Le médecin de MPR est donc aussi un chef d’orchestre coordonnant le partage de compétences de différents spécialistes médicaux et paramédicaux (infirmiers, aide soignants, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes, neuropsychologues, diététicien, assistant social…).

 

- enfant de 5 ans avec une paralysie cérébrale.

- adolescente de 15 ans avec une scoliose évolutive.

- sportif de 20 ans avec entorse grave du genou.

- homme de 22 ans avec polytraumatisme et paraplégie sur AVP.

 

 

- femme de 42 ans avec troubles urinaires et tétraparésie sur sclérose en plaques.

- homme de 50 ans avec déconditionnement à l'effort sur cardiopathie ischémique.

- homme de 60 ans avec hémiplégie et aphasie sur AVC.

- femme de 65 ans avec amputation jambe gauche sur diabète.

 

Nous utilisons vos données dans le respect de la loi RGPD. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de confidentialité.

Pour toute autre question, contactez-nous.